Bonjour, ce site vous permet de retrouver les textes lus en classes par la BIP.
Il vous permet également de réagir en direct aux articles (poésies, textes…) publiés.
N'hésitez pas à nous laisser des commentaires !
Pour voir les productions des élèves, cliquer ICI.

18 déc. 2009

Pot pourri maternelle

video

Mardi matin,
Mon père, ma mère, ma sœur et puis mon frère
Sont venus vers moi
Me serrer dans leurs bras.

« Maman,
Je voudrais être en argent. »

La maman des poissons, elle est bien gentille !

Mais si j’écris papa,
Tout me devient caresse,

Grand-mère Ursule
Vient d’Ashtabule
Sur les rotules

Dans les bras de ma mamie,
Soudain,
Je me suis endormi.
La BIP

14 déc. 2009

Quand j' étais en moyenne section j' ai eu une chatte qui venait de la spa elle aime les câlins .
Gilles
Quand j'étais petite, j'étais au Maroc je suis montée sur une vache.
Anissa
Quand j'étais en Tunisie je suis montée sur un chameau . Après,il m'a fait pipi dessus.
Inès
Pour la fête de l'aïd , on a mis un mouton dans une cage en bois . Il a sauté par dessus et il est parti dans la rue . mon tonton l'a rattrapé et on l'a coupé.
Yasmine
Je suis allé à la plage avec mon papa et mon petit frère et maman a fait des photos . Je suis allé à la plage avec mon papa et mon petit frère et maman a fait des photos .
Je suis allé à la plage avec mon papa et mon petit frère et maman a fait des photos .
Ilyes
Quand j'étais à la plage , on a fait un château de sable . J'apportais de l'eau avec un seau et je renversai tout dans le château et le château a tout fondu.
Mélissa
Dans une autre école avant celle- là avec mes copains on faisait du travail.
Mathéo
CP - Clairs LOGIS

11 déc. 2009

La maman des poissons



Si l'on ne voit pas pleurer les poissons
Qui sont dans l'eau profonde
C'est que jamais quand ils sont polissons
Leur maman ne les gronde
Quand ils s'oublient à faire pipi au lit
Ou bien sur leurs chaussettes
Ou à cracher comme des pas polis
Elle reste muette

La maman des poissons, elle est bien gentille !

Elle ne leur fait jamais la vie
Ne leur fait jamais de tartines
Ils mangent quand ils ont envie
Et quand ça a dîné, ça r'dîne

{Refrain:}
La maman des poissons, elle a l'oeil tout rond
On ne la voit jamais froncer les sourcils
Ses petits l'aiment bien, elle est bien gentille
Et moi, je l'aime bien avec du citron

La maman des poissons, elle est bien gentille !

S'ils veulent prendre un petit ver
Elle les approuve de deux ouïes
Leur montrant comment, sans ennuis,
On les décroche de leur patère

{au Refrain}

La maman des poissons, elle est bien gentille !

S'ils veulent être maquereaux
C'est pas elle qui les empêche
De s' faire des raies bleues sur le dos
Dans un banc à peinture fraîche
{au Refrain}

La maman des poissons, elle est bien gentille !

J'en connais un qui s'est marié
A une grande raie publique
Il dit quand elle lui fait la nique
"Ah! qu'est-ce qui tu me fais, ma raie !"

{au Refrain}

Qui sont dans l'eau profonde
C'est que jamais quand ils sont polissons
Leur maman ne les gronde
Quand ils s'oublient à faire pipi au lit
Ou bien sur leurs chaussettes
Ou à cracher comme des pas polis
Elle reste muette

La maman des poissons, elle est bien gentille !


Boby Lapointe (1969)

GRAND STANDIGNE






Un jour on démolira
ces beaux immeubles si modernes
on en cassera les carreaux
de plexiglas ou d'ultravitre
on démontera les fourneaux
construits à polytechnique
on sectionnera les antennes
collectives de télévision
on dévissera les ascenseurs
on anéantira les vide-ordures
on broiera les chauffoses
on pulvérisera les frigidons
quand ces immeubles vieilliront
du poids infini de la tristesse des choses.

Raymond Queneau (poème écrit en 1967)

2 déc. 2009

Dans ces bras-là...


Dans les bras de mon papa,
Je me sens tout petit chat.

Dans les bras de ma maman,
Je me sens petit enfant

Dans les bras de mon papi,
Je me trémousse et je ris.

Dans les bras de mon grand frère,
Je m’élance et saute en l’air.

Dans les bras de ma mamie,
Soudain,
Je me suis endormi.

Claude Clément

Chanson d'automne



Les sanglots longs

Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur

D'une langueur

Monotone.

Tout suffocant

Et blême, quand
Sonne l'heure
Je me souviens

Des jours anciens


Et je pleure.


Et je m'en vais

Au vent mauvais

Qui m'emporte

Deçà, delà,

Pareil à la feuille morte.
Paul Verlaine (poème écrit en 1866)